Les trouvailles du Café-Lire de janvier

Chaque mois des idées de lectures éclectiques par des lecteurs passionnés.

 

Choisissez entre thrillers, témoignages historiques, éloge de rien qui devient trésor, éloge des discours et œuvres politiques. Un point commun, la grande qualité des écrits et l’enthousiasme des participants au café-lire venus défendre « leurs » lectures.


La panthère des neiges, Sylvain Tesson, Gallimard

Avec le concours de Vincent Munier, photographe.

Un chef d’œuvre dans le fond et dans le style, un livre sur l’attente dans des régions, les plateaux du Tibet, qui semblent désertiques et dont on remarque peu à peu tous les détails. Un éloge du vagabondage des pensées et de l’attente qui « apporte la sagesse ».

 

Opus 77, Alexis Ragougneau, éditeur Viviane Hamy

Dans une famille de musiciens, mère cantatrice, père chef d’orchestre, une fille, un fils. Roman sur le lien entre une sœur et un frère. Elle l’écoute évoluer au violon sous la férule du père intransigeant. Elle essaie de comprendre son mal être qui va jusqu’à l’enfermement. Notre lectrice établit un parallèle entre la vie de Chostakovitch, qui dut obéir sous la dictature politique de Staline, et la dictature familiale du roman.

Une histoire fluide et intime, touchante par les relations entre le frère et la sœur.

 

The underground railroad, Colson Whitehead, Livre de Poche

Cora, seize ans, esclave en Géorgie avant la guerre de Sécession, survit tant bien que mal à la violence de ses maîtres et tente de s’enfuir, avec l’aide de personnages rencontrés dans sa fuite, vers les Etats du Nord. Colson Whitehead matérialise l’« Underground Railroad », un réseau clandestin d’aide aux esclaves en fuite qui a existé. Ses personnages illustrent les raisons profondes et le fonctionnement du racisme ainsi que tous les dangers rencontrés tels que la persécution, la traitrise de certaines rencontres, les moyens de transport utilisés. Prix Pulitzer en 2017, ce roman est aussi une œuvre politique.

 

Ce que tu as fait de moi, Karine Giebel, éditions Belfond

Un thriller dans la brigade des stups. L’autrice dépeint une passion destructrice entre deux personnages. Son talent est de nous tenir en haleine. Si son but est que le lecteur, une fois happé par la première page, ne lâche plus le livre jusqu’à la dernière, il est atteint. Ah, la passion des mots, très positive celle-là…

 

Au bonheur des discours, rassemblés par Shaun Usher, Editions du sous-sol

« Recueil de discours historiques, inattendus et farfelus » annonce la couverture.

Historique, le discours de Dominique de Villepin prononcé au siège des Nations Unies en 2003, « Non à la guerre en Irak », où il prône un désarmement efficace et pacifique de l’Irak. Inattendu, le discours prononcé en 1912 par Théodore Roosevelt lors d’une campagne électorale, « Je viens de me faire tirer dessus » providentiellement indemne car son épais manteau et les 50 feuillets de son discours l’ont protégé de la balle tirée. Farfelu, « Jetez-vous à l’eau maintenant », prononcé par Kermit la Grenouille à New York en 1996, qui remercie le jury de Sauthampton College, Université de Long Island, de lui avoir remis un « doctorat honorifique en lettres batraciennes ».

 

 

Nous en avons aussi parlé :

 

La fille du train, Paula Hawkins, livre de Poche

Les refuges, Jérôme Loubry, Calmann-Levy

Ces extravagantes sœurs Mitford : une famille dans la tourmente de l’histoire, Annick Le Floc’hmoan, J’ai lu

Les bourgeois, Alice Ferney, Actes Sud

Seules les bêtes, Colin Niel, éditions du Rouergue

Une joie féroce, Sorj Chalandon, éditions Grasset

Idiss, Robert Badinter

Le monde n’existe pas, Fabrice Humbert, éditions Gallimard

Feel good, Thomas Gunzig, éditeur Au diable Vauvert
Mots-clés

Partagez


  1. Lien croisé

    Anonyme
    Mercredi 05/02/2020 à 17:51