Ils désertent

Thierry Beinstingel


Fayard
2012

Une jeune directrice des ventes arrive dans l’entreprise. Pour valider sa période d’essai et accéder à une brillante carrière, elle doit licencier le  meilleur commercial, surnommé l’ancêtre, un gars qui adore les lettres de Rimbaud et qui a fait relier ses échantillons de papier-peint, des volumes qui racontent 40 ans d’intérieurs français….

Passé un bref moment de surprise – allons, une entreprise de BtoB  licencie très rarement son meilleur commercial – on entre sans difficulté dans ce au style dépouillé, voire sec qui explore la vanité du secteur tertiaire. Dans ce monde bizarre, aux personnages tous anonymes ‘la jeune femme’, ’le directeur’, nous avons ‘l’ancêtre’ : un VRP, sorte de chevalier errant, qui excelle dans son métier car il tisse sans cesse des liens avec ses clients, au détriment de sa vie familiale. Il nourrit une passion pour les lettres commerciales d’Arthur Rimbaud. Et il me semble que ces lettres de commerce exotiques (désert, expéditions autour d’Aden) ne le sont pas moins que ce pays où évolue notre VRP (zones commerciales, ronds-points, etc…). Et nous avons ‘la nouvelle’, qui voudrait réussir pour prouver à son entourage que ses études lui ont servi mais qui a parfois des doutes sur ce que réussite veut dire à ses yeux.
A l’instar de Michel Houellebecq dans la ‘Carte et le Territoire’ qui traitait de la désindustrialisation de la et de sa ‘touristisation’ (puis-je décrire par ce mot cette transformation du territoire en parc naturel et parc d’attraction ?), nous sommes ici dans un Nord-Est français innommé, dans des zones commerciales et des zones d’habitation quasiment sans âme qui vive, des îles désertes.Thierry Beinstingel est toujours un oeil  pertinent de l'entreprise.
 
Ce m’a plu tant par son style à la fois dépouillé et expressif, avec ces deux personnages attachants, anonymes comme vous et moi, qui évoluent dans un monde qui ne leur convient qu’à moitié. . Je ne raconte pas la fin, même pour vous rassurer !

Retrouvez ce roman dans les Médiathèques d'Antony !


Mots-clés ,

Partagez