Retour sur la « Leçon de littérature » de Céline Curiol au Lycée Descartes début mars

10 mars 2020

"Les leçons de littérature" sont organisées par la Maison des écrivains et de la littérature, pour initier les lycéens à la littérature contemporaine du XXIe siècle.

Avant la rencontre avec Céline Curiol, deux échanges ont eu lieu au CDI du lycée Descartes avec deux classes : une terminale L et une classe de seconde. Deux bibliothécaires de la médiathèque Anne Fontaine ont animé ces échanges, épaulées par une documentaliste et les professeures de lettres. Le but était de présenter Céline Curiol et de préparer les questions à lui poser. La rencontre, elle, s'est déroulée dans l'auditorium du lycée, où Céline Curiol a parlé à 4 classes de son rapport à la littérature.

« On écrit des livres pour se cacher »

Céline Curiol a 45 ans, Elle est née à Lyon. L'amour des livres est là depuis l'enfance, Son père tient un magasin de photos, sa mère est infirmière, elle adore les livres, elle a une bibliothèque, Céline Curiol lit des livres pour enfants, elle n’y voit rien d’extraordinaire.
Quand sa grand-mère paternelle meurt, elle a 11 ans. Elle ne comprend pas. Sa grand-mère lui servait de nounou. Céline Curiol se  met alors à écrire des lettres à sa grand-mère, cette écriture est là pour la consoler. « On écrit des livres pour se cacher » dit-elle 

Elle fait un séjour linguistique à 14 ans aux Pays-Bas. Elle ne comprend pas la langue, elle reste deux semaines. Elle se sent très seule. Sa mère a mis dans ses bagages : Crime et châtiment de Dostoeivski. Elle lit le livre en deux semaines. Elle est fascinée, elle veut écrire, elle trouve une vieille machine à écrire dans le bureau de son père. Elle n’en avait jamais vu avant. Son père la lui donne. Elle va inventer une histoire. Elle prend un énorme plaisir à faire ça. Ça permet d’échapper au réel.

En rédaction elle est toujours hors sujet

Céline Curiol est nulle en français, elle est dyslexique. À l’époque, elle n'est pas diagnostiquée en tant que dyslexique, en rédaction elle est toujours hors sujet. Elle est très bonne en maths : elle a 20 au bac. Donc elle fait un  parcours scientifique, une école d’ingénieur.

Elle garde le goût de la lecture. Elle cherche les livres par elle même, va dans les librairies, les bibliothèques.
Céline Curiol termine ses études d’ingénieur. Elle veut devenir écrivaine. Elle commence par écrire des nouvelles : L’Île aux dragons.

 

L'imagination permet d’inventer son avenir

On pose toujours aux écrivains la question suivante : pourquoi écrivez-vous ? Céline Curiol ne peut pas faire autrement. Si elle n’écrit plus : il lui manque quelque chose. Quand elle voyage, l’écriture lui permet de garder quelque chose. L’écriture oblige à observer, elle éprouve de l'empathie : la capacité de se mettre à la place de l’autre. L'empathie permet de créer des liens. La littérature permet de développer l’imagination. L'imagination permet d’inventer son avenir. Le plus difficile dans un roman, c’est de commencer. Céline Curiol essaye de trouver le rythme du texte. Écrire c’est presque être un acteur, L'émotion passe par le corps. Il y a un flux émotionnel.  La littérature c'est une voix discordante, subversive, C'est un témoignage : ce qu’est un être vivant. On assume ce qu’on dit en littérature c'est l'assassinat des clichés, Les écrivains s’interrogent, observent. Ils croient à la poésie. La plus grande force dans nos vies c’est le langage. La liberté se gagne avec les mots.

Les réactions des lycéens

J’ai bien aimé la conférence en globalité, mais je n’ai pas vraiment vu la "leçon", néanmoins j’ai trouvé la conférence intéressante. Cette leçon a changé ma vision de l’écrivain, j’ai compris que l’on peut toujours changer de profession même si cela parait difficile et que tout ce que l’on fait est contraire à ce que l’on veut faire (école d’ingénieur ≠ écrivain). Nous avons pu voir le point de vue de Céline Curiol sur la littérature et la lecture. C’était intéressant de connaître son avis. Cela m’a donné envie de lire et de découvrir ses livres comme celui qu’elle trouve le plus réussi L’Ardeur des pierres. Cela m’a également donné envie d’écrire pour peut-être développer une nouvelle passion. La session de Questions/Réponses était très agréable, car on a pu mieux découvrir la personnalité de Céline Curiol

Anne T.

J’ai bien aimé que Céline Curiol parle des livres qui l’ont marquée, qu’elle explique son parcours peu commun. Rien ne m’a déplu. Cette « leçon » a changé ma vision de l’écrivain, mais pas de la littérature ou de la lecture. J’avais déjà envie de lire plus avant, donc là, c’est multiplié ! J’écris déjà aussi, et cette leçon me donne encore plus envie de continuer, peut-être même d’en faire mon métier.

Julianne C.-L.

J’ai dans l’ensemble beaucoup aimé cette conférence, le fait qu’elle nous relate l’histoire de sa vie, pourquoi elle est devenue écrivain, ce qui lui a fait aimé l’écriture… J’ai également apprécié les réponses aux questions que les élèves lui posaient car elles étaient très souvent claires et précises. Enfin, j’ai bien aimé qu’elle nous transmette sa passion pour l’écriture que l’on a ressenti tout au long de la leçon. Cette leçon a changé ma vision de l’écrivain, car, tout d’abord, elle m’a fait me rendre compte que de nos jours, il y a encore beaucoup d’auteurs vivants qui écrivent toujours. (« il n’y a pas que Balzac, Flaubert, Hugo… ») De plus, je trouve que Céline Curiol a un parcours formidable, car elle vient d’une famille modeste, puis ele a très bien réussi sa vie ; elle a fait de nombreux voyages et exercé de nombreux métiers… Cette leçon m’a donné envie d’écrire . Le fait qu’elle nous transmette sa passion, cela m’a donné envie d’essayer d’écrire des articles ou encore des petites histoires…

Tom R.

J’ai aimé son dynamisme, elle arrivait à capter l’attention de son public avec son histoire personnelle. Cette « leçon » a changé ma vision de l’écrivain car elle a brisé des stéréotypes. On pense souvent que l’écrivain passe son temps à écrire, alors que ce n’est pas le cas. Sa leçon m’a donné envie de lire grâce à son histoire sur sa découverte de la lecture. Cependant, cela m’a semblé un peu long.

Rachel U.

J’ai bien aimé que l’auteur nous raconte des expériences de sa vie qui l’ont amenée à aimer la littérature. Cette leçon a changé ma vision sur la lecture et l’écriture. J’ai compris l’importance de la lecture, ce que cela pouvait apporter : cela permet une ouverture de l’esprit et l’écriture permet à certaines personnes de pouvoir s’exprimer et dire ce qu’ils n’arrivent pas à dire en vrai. Cela m’a donné envie de plus lire et d’écrire, car je trouve que l’écriture est un moyen de s’exprimer en toute liberté et, comme Céline Curiol dans son enfance a pu le faire, je trouve qu’écrire des lettres à des personnes que l’on a perdu ou à des personnes toujours en vie, c’est plus sincère qu’un simple message envoyé avec notre téléphone.

Océane M.

J’ai beaucoup aimé le récit de sa vie et la façon dont elle a décrit son éveil à la littérature. J’ai moins apprécié le fait qu’elle n’a pas assez parlé de choses concrètes (son salaire, sa relation avec son éditeur ; comment on envoie le manuscrit à différentes maisons d’édition, comment on édite un livre…) L’écrivain m’a paru plus libre dans son écriture, moins dépendant de la maison d’édition. Je lisais déjà beaucoup, mais cette conférence m’en a donné encore plus envie. Je compte lire Crime et Châtiments, et plus de classiques. Cette conférence m’a également donné l’envie d’écrire des romans ou des nouvelles.

Camille C.

 Retrouvez les romans de Céline Curiol dans les médiathèques d'Antony


Mots-clés , , ,

Partagez


  1. Lien croisé

    Anonyme
    Jeudi 07/05/2020 à 14:52

    Site des médiathèques d'Antony : "Retour sur la « Leçon de littérature » de Céline ..."Les leçons de littérature" sont organisées par la Maison des écrivains et de la littérature, pour initier les lycéens à la litté...lundi 20 avril 2020 16:42"