Les trouvailles du Café-Lire de novembre

Chaque mois des idées de lectures éclectiques par des lecteurs passionnés.

 

Un livre-bijou à offrir avec « Midi Pile », le froid de l’hiver et la chaleur humaine dans le monde des Inuits avec « De Pierre et d’os », les aléas de la vie professionnelle avec « A la ligne », l’humour noir avec une vieille dame indigne, « Mamie Luger », le racisme aux Etats-Unis dans les années 50 avec « Un autre tambour », faites votre choix !

 

 

Midi pile, Rebecca Dautremer, éditions Sarbacane.

Normalement pour les enfants à partir de 6 ans. Mais peut être lu jusqu’à 100 ans. L’histoire d’un rendez-vous, raconté par celui qui l’a donné, qui attend et qui fait mentalement le parcours de celle qui doit venir. Intérêt sur ce qui peut se passer avant un rendez-vous.

L’album est ciselé et tendre, son graphisme extrêmement soigné. La couverture donne immédiatement envie d'aller voir plus loin et de feuilleter l'album avant de le lire. Le découpage au laser donne une précision parfaite. Avec deux bémols, sa fragilité, les petites mains risquent de l’abîmer, et son prix, presque 50 euros.

 

De pierre et d’os, Bérangère Cournut. Le tripode, 2019

Un surprenant prix des lecteurs Fnac, écrit dans un style poétique, dans le milieu des Inuits. Décrit la chaleur humaine dans un monde cruel et glacial, rythmé par les saisons. Un livre à adopter comme un enfant.

Mamie Luger, Benoît Philippon. Les Arènes, 2018

Histoire de Berthe, centenaire féministe et « serial killeuse. Elle tire sur les policiers pour camoufler la fuite de 2 protégés. Cernée, elle fait défiler sa vie de 1914 à 2016 devant le commissaire Ventura ahuri. Elle égorge son premier mari, est violée par un nazi, enterré dans la cave, a 5 autres maris, qui se font tous tuer. Le récit se déroule de 6 h à minuit. Il suit la découverte des cadavres. Décrite comme une combattante contre la violence des hommes, elle véhicule émotion et tendresse et suscite l’admiration dans sa volonté à vouloir rester libre.

Un autre tambour, William Melvin Kelley. Delcourt, 2019

Cet ouvrage a été écrit par un écrivain noir américain dans les années 60 et redécouvert récemment. Le narrateur est un blanc sensible aux droits civiques. Dans un état du Sud des Etats-Unis, un noir sème du sel dans ses champs et il brûle ses terres. Il s’enfuit, suivi par de nombreux autres noirs. Histoire racontée sans recul, tenant compte des autres personnages qui, eux, ignorent les problèmes.

A la ligne Feuillets d'usine de Joseph Ponthus, La table ronde 2019

Joseph Ponthus, pour éviter le chômage, a accepté de travailler comme intérimaire dans les usines agroalimentaires qui transforment le poisson en pavés surgelés ou vont dans les abattoirs. Il est à la chaîne ou « à la ligne » dans le langage moderne.

-      Le narrateur plutôt intellectuel est confronté aux conditions de travail très dures et perçoit son quotidien "comme une déflagration physique et mentale". Pour ne pas sombrer dans la folie, la littérature, la poésie, les chansons lui permettent de tenir le coup.

-      Le récit se déroule en vers libres, sans ponctuation pour ne pas briser le rythme de la chaîne. Il porte un regard objectif sur la condition sociale des intérimaires, sur la solidarité entre collègues, sur le pouvoir de la littérature qui fournit le réconfort contre l'épuisement du travail en usine.

-      La lecture de ce premier roman est un véritable coup de poing.

 

 

Nous en avons aussi parlé :

Embrasement, Kamila Shamsie. Actes Sud, 2019

Miss Island, Audur Ava Olafsdottir. Zulma, 2019

Marina Belleza de Sylvia Avalllone, Liana Levi, 2014

Le matin de Neverworld, Marisha Pessl. Gallimard, 2019

Les Arsène Lupin de Maurice Leblanc


Mots-clés , , , , ,

Partagez


  1. Lien croisé

    Anonyme
    Samedi 07/12/2019 à 02:17