Les trouvailles du Café-Lire d'avril

Chaque mois des idées de lectures éclectiques par des lecteurs passionnés.

 

Fiction, témoignages de vie, petites histoires et Grande Histoire sont présents dans cette sélection, un éventail des lectures très diverses présentées dans notre café-lire.

Et les livres sont des voyages dans les idées et dans les lieux.

Vous vous rendrez en Alsace, ou dans un vrai jardin japonais… au Japon, dans un van, dans un EPHAD, et dans tous les âges de la vie.

 

 

 


 

Colgan, Jenny : Une saison à la petite Boulangerie – Pocket, 2017.

(roman qui fait suite à « La petite boulangerie du bout du monde »)

Deux cœurs brisés se rejoignent et emménagent dans un phare. Ils apprivoisent un macareux qui devient la mascotte du village. L’héroïne achète un van et y reconstitue une boulangerie. Les situations sont quelquefois drôles, voire loufoques, on y devine l’entraide et l’amitié. Un roman qui, selon notre lectrice Michelle, « sent bon le pain frais »

 

 

Haddad, Hubert : Le peintre d’éventail - Editions Zulma, 2013

(Déjà présenté en 2015)

A travers trois générations de peintres jardiniers, un roman où les thèmes principaux sont le jardin, la poésie et la peinture, en faisant place également à une galerie de portraits d’une pension de famille ou se succèdent ou résident à demeure toutes sortes de gens, dans un Japon à qui tout semble sourire, jusqu’à la meurtrissure provoquée par le tremblement de terre de Kobé, le tsunami et la catastrophe de Fukushima.

Une lecture à déguster tant chaque mot semble choisi avec soin, aucun n’est de trop. Une langue pure. Et avec un dessert, Les haïkus du peintre d’éventail, réunis par Hubert Haddad – Editions Zulma, 2013

 

Ovaldé Véronique : Personne n’a peur des gens qui sourient - Flammarion, 2019

Une jeune femme qui sourit tout le temps décide de partir pour l’Alsace avec ses deux filles et un revolver comme seul bagage. Le thème principal est la transmission féminine. L’ouvrage est écrit avec une certaine liberté de ton, un certain machiavélisme qui n’épargne personne. En premier lieu cette mère, prête à tout pour éliminer les fâcheux sur sa route.

A aussi écrit Ce que je sais de Vera Candida.

 

 

Servan-Schreiber, Jean-Louis : 80 ans un certain âge, Albin Michel, 2019

L’auteur évoque son travail de journaliste et la société des années 80. Explique pourquoi, à 80 ans, « on n’a pas l’âge » des réseaux sociaux ».

 

Vigan,  Delphine de : Les gratitudes – Lattès, 2019

L’auteure nous introduit dans un EPHAD, où Michka doit venir habiter car elle perd peu à peu l’usage de la parole. Deux personnes la soutiennent, une jeune femme ancienne voisine et l’orthophoniste chargé de lui venir en aide. Un roman qui raconte la souffrance et la quête du souvenir car Michka cherche une personne qui l’ai aidée au moment de camps de concentration.

 

 

 

 

Nous en avons aussi parlé :

 

-          Bachelot, Roselyne : Corentine  - éditions Plon,  2019

-          Jacob, Fabienne : Corps  -éditions Buchet Chastel, 2010

-          Kourkov, Andreï : Vilnius, Paris, Londres  - éditions Liana Lévy, 2019

-          Dangel, Isabelle : De l’autre côté de la mer, - éditions Librinova, format numérique


Mots-clés

Partagez