Le parfum des fraises sauvages

Angela Thirkell

Invitée à passer l'été dans la famille de sa chère tante Agnès,  la jeune et jolie – mais peu fortunée - Mary Preston tombe presque amoureuse du séduisant David Leslie. Cependant, Agnès a d’autres projets pour la jeune Mary.

Effectivement, dans leur splendide propriété de Rushwater, les Leslie pratiquent avec enthousiasme le quotidien de la petite noblesse de province : thés, réceptions, cricket, etc…et les réunions de préparation de tous ces évènements qui rythment la vie sociale locale. Pour corser le tout, une famille française vient séjourner au presbytère cet été !!

 

C’est extrêmement amusant et bien vu, très anglais, bien que me rappelant certains dessins de Sempé. La plume d’Angela Thirkell est vive, faisant sourire voire rire à bien des paragraphes. Les personnages sont fort sympathiques, malgré leurs – ou à cause de ? – leurs défauts. J’ai une préférence marquée pour la charmante et très évaporée Agnès. Une question : l’est-elle vraiment tant que ça ?

Après l’excellente préface d’Alexander McCall Smith (l’auteur des polars botswanais avec l’intrépide Precious Ramotswe), plongeons sans hésiter dans ce roman au parfum délicieusement suranné (publié en 1934) mais d’une féroce actualité. Les Janeites – les fans de Jane Austen, connaissant tous ses romans et nouvelles (presque) par cœur – pourront  constater qu’ici, les excellents et hilarants seconds rôles des romans de Miss Austen ont été mis tous ensemble.

 

En savoir +
Angela Thirkell

Cette autrice britannique et prolifique a eu une vie plutôt mouvementée, entre une ascendance artistique, deux mariages et un temps en Australie. Elle a publié, à partir des années 30, une foule de nouvelles et de romans donc celui-ci est le premier traduit en français.


Mots-clés ,

Partagez