Bonne pioche !

Voici ma p’tite sélection littéraire, résultat de mes lectures de la période de confinement. Pour moi, ce fut l’occasion comme jamais de dévorer les livres.

J’avais envie de partager avec vous mes coups de cœur littéraires du moment, une façon pour moi aussi de remercier les auteurs qui m’ont touché au cœur, chacun à leurs manières. J’espère que cet éventail de livres vous procurera le même plaisir de lecture.

Dans la catégorie des romans

les livres La Fille de l’espagnole de Karina Sainz Borgo et Le Moine de Moka de Dave Eggers chez Gallimard, ont fait mon bonheur car grâce à eux, j’ai pu voyager à plus d’un kilomètre de chez moi. Certes les destinations ne sont pas des plus idylliques (vous vous en rendrez vite compte) mais les intrigues captivantes.

A Caracas, Adelaida Falcon, qui vient de perdre sa mère en pleine guerre civile, se retrouve expulsée de son appartement et doit trouver refuge chez la voisine d’en face, surnommée La fille de l’espagnole. J’ai aimé suivre cette femme dans son combat au quotidien pour sa survie. Une femme qui devra faire abstraction de sa vie passée et présente et qui devra aller au-delà de ce que permet la loi pour s’en sortir. Un premier roman plein de promesses.
 
 

Dave Eggers, à travers son personnage réel de Mokhtar Alkanshali, nous emporte sur le continent asiatique, dans sa partie Proche-Orient, au Yémen, pour nous raconter comment un jeune homme d’origine yéménite, vivant à San Francisco, s’est passionné pour l’histoire du café du Yémen et a voulu conquérir le marché américain. Il a redonné ses lettres de noblesse à ses grains de café, véritable mine d’or pour son pays d’origine. Un récit vraiment passionnant et instructif sur le café et le Yémen.


Autre destination, autre style avec Iegor Gran.

Dans Les Services compétents (P.O.L.), l’auteur nous entraîne sur les pas de son père, André Siniavski, traqué par le KGB et les services compétents, pour des textes littéraires illicites pour l’époque (1965). L’auteur use, comme à son habitude, de son humour grinçant (et ça j’adore) pour décrire une URSS en proie aux paradoxes, entre l’idéal communiste et le contrôle du peuple par le politique.



Du côté des romans policiers…

Dans Jetez-moi aux chiens, Patrick McGuiness s’inspire d’un fait divers réel. Deux inspecteurs enquêtent sur l’assassinat d’une jeune femme. Le criminel est vite arrêté et jeté à la vindicte publique. Tout le désigne comme le coupable des atrocités commises. Et le suspect ne fait rien pour contredire les preuves qui s’accumulent. Mais est-il vraiment coupable ? C’est ce que semble penser la presse à scandale et la police. Sauf une personne qui l’a bien connu. Je vous mets sur la piste (attention spoiler ou pas) : Il ne faut pas jeter la pierre dans le jardin du voisin. Ce polar littéraire est vraiment à découvrir.
 

Pour celles et ceux que l’Histoire passionne, jetez-vous sur le dernier roman de Kate Mosse La Cité de feu  qui se situe en 1562 entre Carcassonne, Toulouse et Puivert, et qui voit s’affronter les catholiques et les protestants. A travers la grande Histoire, il y a aussi l’histoire de Marguerite Joubert, fille de libraire catholique qui tombe sous le charme de Piet, protestant. Bien sûr, la vie n’est pas un long fleuve tranquille, surtout en cette période où la violence se multiplie. Ce roman historique se lit d’une traite et constitue le premier volume d’une trilogie qui se déroulera sur 300 ans d’histoire entre la France et l’Afrique du Sud. J’ai hâte de découvrir la suite.
 

Fans de romans d’énigme, je vous recommande Le Corbeau d’Oxford de Faith Martin. Vous participerez à la résolution de l’enquête aux côtés de Trudy Loveday, une toute jeune policière qui coopère sur un « cold case » avec le taciturne (au début) médecin légiste Dr Clément Ryder. (disponible aussi en livre numérique sur le site des médiathèques d’Antony).




 

Keigo Higashino, un grand auteur japonais, est plutôt connu pour ses romans policiers. Mais je classerai son dernier ouvrage cette fois-ci dans la catégorie fantastique. Les Miracles du bazar Namiya est un véritable petit bijou de poésie. C’est un livre qui respire la bonté, la générosité, l’envie de bien faire (est-ce toujours le cas ?). Tout commence avec 3 jeunes délinquants qui trouvent refuge dans une vieille boutique à l’abandon. Une lettre datée d’il y a 32 ans et adressée à l’ancien propriétaire, tombe par la fente du rideau métallique. Par le passé, celui-ci prodiguait ses conseils à des personnes qui avaient besoin d’aide dans leurs prises de décisions. Les 3 garçons décident de répondre. Le lecteur franchit les frontières entre passé, présent, futur et découvre les choix pris par les auteurs des lettres suite aux conseils de l’ancien propriétaire. Un roman touchant, envoûtant, qui ne laisse pas indifférent.

Dans la catégorie documentaire,

j’ai eu l’opportunité de lire Il est midi à Pékin d’Eric Chol et Gilles Fontaine. Ce livre a reçu en 2019 le prix du livre d’économie et je vous le recommande vivement. On y découvre comment la Chine est en passe de devenir la première puissance mondiale grâce à son dirigeant Xi Jinping qui édifie les nouvelles routes de la soie. Ce documentaire se lit comme une œuvre de fiction, mais ce n’est pas une fiction. La réalité nous est révélée à travers 38 destinations où la Chine résonne. Quand il est midi à Pékin il est 6 heures à Lyon, à Colmar et Pauillac et 18 heures à Papeete. La France n’est pas la seule destination prisée des chinois. D’autres coins du monde, parfois improbables, sont répertoriés dans ce livre très bien documenté

Dans la catégorie bande dessinée,

j’ai un coup de cœur pour Dans la tête de Sherlock Holmes de Cyril Liéron et Benoît Dahan. Alors que le célèbre enquêteur s’ennuie, « L’Affaire du ticket scandaleux » tombe à point nommé. Qu’est-il arrivé au cher Dr Fowler, arrêté par la police, la nuit en pleine rue, en chemise de nuit et un chausson féminin au pied droit ? Le raisonnement logique de Sherlock Holmes est symbolisé par un fil rouge qui court dans tout le livre. La création graphique est remarquable avec une couverture en découpe, des détails multiples, une ambiance victorienne qui nous situe bien dans le décor de l’époque. Le seul hic, c’est qu’il va falloir attendre le tome 2 (prévu pour la fin de l’année ou début 2021) pour connaître la fin de l’histoire.

Bonnes lectures…


Mots-clés , , , ,

Partagez


  1. Lien croisé

    Anonyme
    Mardi 04/08/2020 à 15:29

    Site des médiathèques d'Antony : "Bonne pioche !Voici ma p'tite sélectio"

  2. élémentaire ma chère Barbara

    simon
    Jeudi 13/08/2020 à 14:26

    Une belle histoire de complot pour ce boin vieux Sherlock Holmes, vous devez avoir hate de pouvoir lire le tome 2

  3. marc
    Lundi 31/08/2020 à 11:09

     Pour ma part, malgré le confinement je n'ai lu aucun livre, j'ai plus essayé de jouer avec mes enfants, activités manuel, cuisine... J'étais aussi bien scotché devant les  <a href="https://androidactu.fr/">actualités</a>